Que se passe-t-il à la bergerie ?

  • La lutte (reproduction):

    Nous pratiquons deux luttes dans l’année afin d’avoir deux périodes d’agnelage: en octobre et en février. Il faut compter un bélier pour 40 brebis.


    Les échographies:

  • la pratique des échographies sur le troupeau permet une meilleure  gestion des mises bas, les brebis « pleines » recevront une ration alimentaire en fonction du nombre d’agneaux qu’elles portent et resteront à la bergerie, pour les brebis dites « vides », elles restent en parcours.

  • Agnelage ou mise bas:

    Une brebis fait un à deux agneaux par an, isolées en case dès la naissance(pour certaines races moins maternelle): L’agneau tète le colostrum, la brebis reconnait tranquillement son petit.

  • Soins dès la naissance:

    Désinfection du cordon ombilical, absorbtion de vitamines AD3E, élastique à la queue, identification (boucles aux oreilles), numérotation des brebis et des agneaux: marquage des numéros de naissance sur le dos des brebis et des agneaux. Cela permet de suivre l’état sanitaire des brebis et des agneaux .

  • La tonte:

    les brebis et les beliers sont tondus une fois par an au mois de mai. La laine de la  race Préalpes n’a pas été exploitée pour le textile, mais en revanche dans la confection de matelas pour son gonflant. De nos jours la toison d’une brebis ne permet plus de payer le tondeur.

    Dans les Alpes Maritimes des initiatives et expérimentations existent pour valoriser la laine des différentes races qui se trouvent dans le département (Brigasques, Mérinos). (voir lien).




  • Le parc de tri:

    Il est essentiel pour la manipulation du troupeau. Pour  trier, séparer, et toutes interventions comme: drogage (vermifuge), les soins, les prises de sang (nécessaire et obligatoire pour la santé du troupeau), l’inventaire, marquage du troupeau avec le sigle personnalisé de l’éleveur à la peinture (pour la montée en estive).